Godswell Silverstream JJ

GODSWELL SILVERSTREAM JJ, mâle fawn né le 08/07/2012

Reproducteur de premier plan, à la superbe génétique, primé en concours.

JJ a une fibre de qualité exceptionnelle, dense, crimpée, et restée très fine :

  • Analyse de fibre 2015 (3e tonte) : 16,2µ  SD 3,2  confort : 100%
  • Analyse de fibre 2020 (8e tonte) : 21,3µ  SD 4,7  confort : 95% curvature : 39,1°/mm

Il est compact, de taille moyenne, très bien conformé, gentil et facile à manipuler malgré son problème de cervicales (voir la note en bas de cette fiche).

Génétique de JJ :

Petite information au sujet de JJ :

JJ est arrivé à KerLA en novembre 2019. Un reproducteur réputé, une occasion inespérée de rentrer une nouvelle génétique de haut niveau…

Première séance ostéo sur JJ à son arrivée à KerLA. L’abandon total !

Hélas aussi un mâle avec un problème non signalé à la vente : handicapé par une gravissime arthrose des cervicales, avec blocage définitif de la tête en position haute et raideur de la mâchoire inférieure – constat vétérinaire à l’appui ! Cause certainement accidentelle selon le vétérinaire, problème ancien et non soigné !

A peine quelques  jours après son arrivée JJ était entre les mains de mon vétérinaire-ostéopathe qui faisait ces tristes constats et cherchait à le soulager… alors que le vendeur, contacté, soutenait n’avoir jamais noté le moindre problème, qu’un accident avait dû survenir lors du transport jusque chez moi ! Quelle honte.

Séance ostéo du 4/02/20

 

 

 

 

 

 

Sur toutes les photos JJ porte la tête dans la même position. Il ne faut pas penser qu’il joue le fier : le malheureux ne peut tout simplement pas tenir sa tête autrement !

JJ avait également à son arrivée une étrange collerette de toison très dense autour du cou : une zone visiblement non tondue depuis fort longtemps. A la tonte j’ai compris pourquoi : je ne parvenais même pas à entrer le peigne de la tondeuse dans cette matière dure comme du bois, il a fallu y aller aux ciseaux, centimètre par centimètre, pour dégager une multitude de plis de peaux à la gorge, créés par la position figée de la tête depuis des années. Donc son ex-proprio ne tondait plus cette zone, c’était plus simple ! Sous la mâchoire, ce sont des touffes entières de poils qui se sont décollées de la peau avec une odeur nauséabonde.

Le dessous de la mâchoire de JJ à la tonte : les poils s’arrachent par touffes, l’odeur est nauséabonde 🙁

Vous imaginez ma rage, ma révulsion et mon mépris pour un éleveur capable d’avoir aussi peu de soin de ses animaux, tout en jouant le professionnel modèle et le donneur de leçons (les initiés savent de qui je parle).

Son handicap et son mal-être ont eu des conséquences sur la fertilité de JJ, car malgré de multiples essais il n’a réussi que très peu de saillies pour sa première saison à KerLA, mais il m’a tout de même donné deux crias superbes en 2021. Et à présent qu’il est mieux dans sa peau, il tient très efficacement son rôle de reproducteur et j’aurai beaucoup de crias de lui en 2022 🙂

 

 

Ce pauvre bonhomme restera avec moi pour tout le reste de sa vie, je le lui ai promis. Je ne regrette en rien de l’avoir acheté, malgré tout. Sa génétique reste exceptionnelle, son souci n’est pas génétique, et au moins il finira sa vie heureux.

Articles récents

Été indien

Chaque année je me dis qu’à l’automne, une fois les naissances terminées, j’aurai davantage de temps pour me consacrer aux travaux d’entretien de la ferme, au travail de la laine, aux déplacements que je reporte sans cesse…

Et puis chaque année à l’automne, le temps disponible semble se réduire, à l’aune de la durée du jour…

ROSÉE et son adorable THALIE, dernier cria de l’année

Plus de naissances pour cette année, certes (la dernière a eu lieu mi-octobre, ma belle Rosée a tenu à me faire patienter avant de me laisser découvrir l’adorable petite femelle blanche qu’elle concoctait), mais une multitude de travaux tous plus urgents les uns que les autres, en particulier sur les clôtures : 10 ans, c’est la moyenne de durée vie des piquets dans dans ce sol argileux… Et comme la plus grande partie des clôtures ont été posées à l’installation, tout se trouve à refaire en même temps.

Donc depuis 2 ans, ma priorité à l’automne et au printemps est de reprendre les clôtures, parc après parc. Sans main d’oeuvre et sans gros matériel, avec juste une cloche pour enfoncer les nouveaux piquets, autant dire que c’est un travail de longue haleine et épuisant. Mais je n’ai pas le choix.

Et comme chaque automne aussi, avec les accès de mauvais temps, des problèmes ou des insuffisances se révèlent au niveau des abris et des bâtiments : courants d’air, protection insuffisante, infiltration d’eau quand il pleut fortement… Il faut y remédier au cas par cas, pour le confort des animaux… Je sais ce que seront mes travaux hivernaux cette année ! Moi qui espérais pouvoir enfin me consacrer à des améliorations à l’intérieur de la maison, ce sera encore reporté 🙁  Je viens de passer le week-end dernier à remanier les pignons de l’écurie des filles, profitant de ce qu’il n’y avait pas de stage.

Car cette automne est aussi ponctuée par un nombre inhabituel de stages de 1 ou 2 jours : rattrapage des stages reportés par le COVID en 2020 et début 2021, mais aussi forte demande, aussi bien pour les stages de découverte des alpagas que pour les stages laine. Bien sûr je ne vais pas m’en plaindre : j’adore ces week-end d’échange et de convivialité, occasion de rencontres étonnantes et passionnantes. Ces journées de stage finissent souvent bien au-delà des horaires établis, et en conséquence je dois assurer les soins aux animaux très tôt et très tard dans la journée, et j’ai aussi un gros travail de nettoyage des écuries les lundis après les stages. C’est un rythme épuisant, mais tant que physiquement et moralement je m’en sens capable, je continue.

Et pour terminer avec les animaux, puisqu’ils sont le coeur de l’activité, sa raison d’être et aussi ma raison de vivre, il me fallait cet automne décider des alpagas à proposer à la vente. Des décisions toujours très difficiles à prendre. Si je le pouvais, je ne vendrais aucun d’entre eux, je le répète souvent. Mais je suis éleveur, j’ai des charges à payer, je dois vivre de mon activité… Je ne fais naître qu’un nombre d’animaux correspondant aux besoins de mon activité, je ne cherche surtout pas à multiplier les naissances, à produire inutilement et à vendre pour vendre, et par bonheur je travaille avec une clientèle qui s’informe, prend très au sérieux la qualité de vie à apporter aux alpagas, et mes loulous sont bien partout où ils vont, c’est essentiel pour moi.

Les partants de cette fin d’année sont les jeunes mâles que j’ai fait castrer à l’automne, tous à destination loisir dans de très bonnes maisons (en Vendée et en Aveyron), et des jeunes femelles qui partent rejoindre un élevage dans l’Allier. Pour les autres, on attendra le printemps 🙂

SAXO de la Montagne, né en juillet 2019, fils d’ARTEMIS du Fontenelle : un jeune entier très prometteur

Et je n’oublie pas de présenter le petit nouveau dans l’élevage, une arrivée imprévue liée à un concours de circonstances, mais tout à fait bienvenue : le magnifique Saxo de la Montagne, mâle de 2 ans 1/2 aux origines excellentes (fils du triple suprême champion Artémis du Fontenelle), qui je l’espère pourra commencer sa carrière de reproducteur au printemps 2022 🙂

 

  1. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  2. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  3. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  4. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  5. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  6. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  7. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  8. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  9. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  10. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  11. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  12. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  13. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  14. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  15. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  16. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  17. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  18. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  19. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas