MÂLES REPRODUCTEURS

LES MÂLES REPRODUCTEURS de KerLA

Le choix des reproducteurs est essentiel pour le développement d’un élevage.

A KerLA, je n’ai pas accueilli de femelle extérieure depuis 2017 (à l’exception de l’arrivée de Meon Valley Goldie en janvier 2019) : mes nouvelles reproductrices sont toutes nées dans l’élevage, afin de fonctionner en « troupeau fermé ».

Le sang nouveau est donc amené par les mâles que je fais rentrer régulièrement, avec des objectifs précis.

Chacun des mâles reproducteur qui officie actuellement à KerLA est présenté sur une page individuelle (avec sa génétique et ses analyses de fibre) : cliquez sur son nom pour avoir des détails.

Petit aperçu des mâles sur 10 années d'élevage...

Mon tout premier reproducteur sur l’élevage a été Lightfoot MALDOONE, un beau mâle gris chilien x péruvien qui m’a permis d’initier la sélection de gris, et surtout d’une fibre à la finesse durable.

MALDOONE m’a quittée en novembre 2020, à l’âge de 18 ans : sa fibre de dernière tonte était encore en-dessous de 23 microns !

MALDOONE legende

Mon principal reproducteur à partir de 2015 a été le magnifique Godswell CANTABRIA, petit-fils du grand Inca Jack of Spades : caractère extra, belle morphologie carrée, fibre toujours aussi fine, brillante et toujours sans un poil blanc à l’âge de 9 ans !

Plusieurs de ses filles et deux de ses fils restent dans l’élevage comme reproducteurs.

Pendant quelques années Vaux Hardys ZIZHOU et Vaux Hardys PATCH ont également apporté dans l’élevage leurs qualités respectives : finesse durable et densité pour les deux, et en outre, pour Patch, une structure de fibre exceptionnelle et une impressionnante douceur. Tous deux poursuivent désormais leur carrière ailleurs, mais je garde plusieurs de leurs descendants qui transmettront cette belle génétique.

En 2017, l’arrivée de Farrlacey SYLVESTER m’a permis d’ouvrir une porte sur la couleur appaloosa, qui n’est pas ma priorité, mais qui élargit ma palette de toisons.

SYLVESTER a une belle densité, du crimp et une finesse durable étonnante. Son fils SHERKAN, né en 2020, à qui il a transmis sa robe, est très prometteur.

Plusieurs mâles nés à KerLA m’ont donné de beaux crias avant de partir vers d’autres élevages :

MADEG
NIAOULI
ODIN
PIXEL

Récemment, du sang nouveau a été apporté par le séjour à KerLA de deux mâles de grande qualité, dont les crias sont nés en 2020 et en 2021 : 

  • GUIMLI du Rompay, très beau mâle blanc à la toison dense et brillante
  • Snowmass ROYAL STARZ, splendide reproducteur marron importé des USA, ayant fait partie de la « show string » du célèbre l’élevage Snowmass : il apporte une morphologie moderne, un super caractère, et surtout une fibre d’exception, dense, à la finesse très durable.

La fin d’année 2019 a aussi vu l’arrivée d’un nouvel étalon dans l’élevage, un mâle réputé : Godswell SS JJ, fauve, né en 2012, fils de Godswell MONTY, qui apporte sa génétique et son exceptionnelle qualité de fibre.

Un mâle hélas arrivé en très mauvais état physique et psychologique : il lui a fallu, dès son arrivée, de sérieux soins ostéo. Bien que ses traumatismes physiques soient irrémédiables (cervicales sévèrement arthrosées), il exerce avec enthousiasme sa fonction de reproducteur. Il a eu un taux de réussite de saillies assez faible pour sa première saison en 2020, mais il s’est bien rattrapé en 2021 !

Plusieurs jeunes mâles ont également débuté comme étalons sur l’élevage en 2020 et 2021, apportant une fantastique variété de sang, de modèles et de couleurs pour les croisements :

  • mon adorable gris PANACHE de KerLA
  • l’élégant Meon Valley CARROUGES
  • un fils de Snowmass ROYAL STARZ : AlpacaArte STORM
  • mon gros nounours fauve AlpacaArte ROYAL PROPHET, lui aussi fils de Snowmass ROYAL STARZ, enfin en âge de reproduire (hâte de voir ses produits en 2022)
  • Meon Valley TORNADO, blanc aux reflets gris-rose, petit-fils de Snowmass INCAN KING.

Et puis bien sûr le tout dernier arrivé, à l’automne 2021, âgé de seulement 26 mois mais plein d’énergie et d’ambition : le beau SAXO de la Montagne, fils du triple suprême champion ARTEMIS du Fontenelle.

De beaux crias en perspective pour 2024 !

 

Retour aux ALPAGAS de KerLA

Articles récents

Été indien

Chaque année je me dis qu’à l’automne, une fois les naissances terminées, j’aurai davantage de temps pour me consacrer aux travaux d’entretien de la ferme, au travail de la laine, aux déplacements que je reporte sans cesse…

Et puis chaque année à l’automne, le temps disponible semble se réduire, à l’aune de la durée du jour…

ROSÉE et son adorable THALIE, dernier cria de l’année

Plus de naissances pour cette année, certes (la dernière a eu lieu mi-octobre, ma belle Rosée a tenu à me faire patienter avant de me laisser découvrir l’adorable petite femelle blanche qu’elle concoctait), mais une multitude de travaux tous plus urgents les uns que les autres, en particulier sur les clôtures : 10 ans, c’est la moyenne de durée vie des piquets dans dans ce sol argileux… Et comme la plus grande partie des clôtures ont été posées à l’installation, tout se trouve à refaire en même temps.

Donc depuis 2 ans, ma priorité à l’automne et au printemps est de reprendre les clôtures, parc après parc. Sans main d’oeuvre et sans gros matériel, avec juste une cloche pour enfoncer les nouveaux piquets, autant dire que c’est un travail de longue haleine et épuisant. Mais je n’ai pas le choix.

Et comme chaque automne aussi, avec les accès de mauvais temps, des problèmes ou des insuffisances se révèlent au niveau des abris et des bâtiments : courants d’air, protection insuffisante, infiltration d’eau quand il pleut fortement… Il faut y remédier au cas par cas, pour le confort des animaux… Je sais ce que seront mes travaux hivernaux cette année ! Moi qui espérais pouvoir enfin me consacrer à des améliorations à l’intérieur de la maison, ce sera encore reporté 🙁  Je viens de passer le week-end dernier à remanier les pignons de l’écurie des filles, profitant de ce qu’il n’y avait pas de stage.

Car cette automne est aussi ponctuée par un nombre inhabituel de stages de 1 ou 2 jours : rattrapage des stages reportés par le COVID en 2020 et début 2021, mais aussi forte demande, aussi bien pour les stages de découverte des alpagas que pour les stages laine. Bien sûr je ne vais pas m’en plaindre : j’adore ces week-end d’échange et de convivialité, occasion de rencontres étonnantes et passionnantes. Ces journées de stage finissent souvent bien au-delà des horaires établis, et en conséquence je dois assurer les soins aux animaux très tôt et très tard dans la journée, et j’ai aussi un gros travail de nettoyage des écuries les lundis après les stages. C’est un rythme épuisant, mais tant que physiquement et moralement je m’en sens capable, je continue.

Et pour terminer avec les animaux, puisqu’ils sont le coeur de l’activité, sa raison d’être et aussi ma raison de vivre, il me fallait cet automne décider des alpagas à proposer à la vente. Des décisions toujours très difficiles à prendre. Si je le pouvais, je ne vendrais aucun d’entre eux, je le répète souvent. Mais je suis éleveur, j’ai des charges à payer, je dois vivre de mon activité… Je ne fais naître qu’un nombre d’animaux correspondant aux besoins de mon activité, je ne cherche surtout pas à multiplier les naissances, à produire inutilement et à vendre pour vendre, et par bonheur je travaille avec une clientèle qui s’informe, prend très au sérieux la qualité de vie à apporter aux alpagas, et mes loulous sont bien partout où ils vont, c’est essentiel pour moi.

Les partants de cette fin d’année sont les jeunes mâles que j’ai fait castrer à l’automne, tous à destination loisir dans de très bonnes maisons (en Vendée et en Aveyron), et des jeunes femelles qui partent rejoindre un élevage dans l’Allier. Pour les autres, on attendra le printemps 🙂

SAXO de la Montagne, né en juillet 2019, fils d’ARTEMIS du Fontenelle : un jeune entier très prometteur

Et je n’oublie pas de présenter le petit nouveau dans l’élevage, une arrivée imprévue liée à un concours de circonstances, mais tout à fait bienvenue : le magnifique Saxo de la Montagne, mâle de 2 ans 1/2 aux origines excellentes (fils du triple suprême champion Artémis du Fontenelle), qui je l’espère pourra commencer sa carrière de reproducteur au printemps 2022 🙂

 

  1. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  2. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  3. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  4. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  5. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  6. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  7. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  8. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  9. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  10. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  11. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  12. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  13. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  14. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  15. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  16. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  17. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  18. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  19. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas