LES ALPAGAS DE KerLA

Présentation des ALPAGAS de KerLA

Cette page vous présente brièvement la petite histoire des alpagas de KerLA.
Si vous préférez découvrir directement mes alpagas, cliquez sur les pages suivantes :

La petite histoire...

Comme je le raconte sur une autre page, j’élevais déjà des lamas quand les alpagas sont entrés dans ma vie en 2011/2012… J’ai eu un coup de foudre pour les alpagas suri, et mon intention première était d’avoir uniquement des alpagas de ce type si particulier. J’étais très attirée par leur élégance, leur beauté étonnante, ces sublimes mèches qui les enveloppent et dansent au moindre mouvement. Leur caractère aussi : souvent plus vifs que les huacayas quand ils sont jeunes, ils deviennent aussi plus proches une fois qu’on a gagné leur confiance…

Mais quand j’ai commencé les suris étaient très rares, difficiles à trouver, alors j’ai opté pour partager le troupeau entre suris et huacayas.
Puis au fil des années, avec le jeu de la sélection, des naissances et des achats de reproducteurs, je me suis retrouvée avec une grosse majorité de huacayas.

Le troupeau prenant de l’ampleur et augmentant en qualité, j’ai aussi fait face aux contraintes que représentent l’association des deux types d’alpagas dans un élevage : pour travailler correctement la sélection sur les deux types, il faut plusieurs étalons de chaque, car on évite, sauf dans des buts très précis, de croiser suri et huacaya, et ça devenait lourd à gérer.

Et en 2021 j’ai donc vendu mes derniers suris (sauf mes deux retraitées) pour me consacrer uniquement aux huacayas.

Nous voici en 2022, j’entre dans ma 11e saison d’élevage professionnel, et je vois avec satisfaction les résultats de mon travail. Désormais environ 70/75 alpagas huacaya se partagent les 14 hectares de pâtures de KerLA, et mes crias sont plus beaux d’années en année.

Oh j’ai fait des erreurs, je ne m’en cache pas ! Je n’ai pas toujours fait les bons choix, pour plein de raisons…
… faute de moyens financiers (surtout à mes débuts, les prix des alpagas étaient très élevés, et les coûts d’installation sur la ferme m’interdisait de prendre trop de risques dans mes achats de reproducteurs)
… faute d’informations disponibles (l’accès à l’information et aux conseils éclairés est beaucoup plus facile aujourd’hui qu’il y a 11 ans)
… faute aussi de personnes de confiance autour de moi pour m’aider, non pas tant dans le travail quotidien (quoi que…), mais surtout pour pouvoir prendre le recul nécessaire à certaines décisions
… faute surtout de pouvoir m’absenter pour aller sélectionner des reproducteurs en France et (j’en rêvais) à l’étranger, ou pour aller sur les concours… Car seule sur la ferme, sans soutien familial ni local, difficile hélas d’organiser des déplacements de plus d’une journée.

Mais j’ai aussi beaucoup appris de ces erreurs. Et s’il m’a fallu plus de temps que si j’avais débuté avec des animaux d’exception (comme certains ont la chance de pouvoir le faire), mon cheptel évolue à présent vers le type d’animaux que je souhaite, en morphologie, caractère et qualité de fibre.

Quel est mon type d’alpaga huacaya ?
Un alpaga de taille moyenne, à l’ossature solide, bons aplombs, rusticité, tête expressive sans excès de laine autour des yeux et sur le nez.
Un caractère calme et posé, confiant.
Bien sûr une fibre très fine avec densité, uniformité, longueur et bonne couverture.
Depuis mes débuts j’ai des animaux avec de la finesse, mais surtout une finesse durable, critère que je privilégie, et j’ai développé mon troupeau sur ces bases.
A présent je travaille à développer davantage le crimp et la densité, mais sans perdre de vue mon objectif premier de finesse sur le long terme.

 Quid des couleurs ?
Mes alpagas présentent toutes la palette des couleurs, car je souhaite avoir des teintes naturelles variées pour ma production artisanale de laine.
Toutefois depuis le début je m’intéresse plus particulièrement au gris, couleur difficile à obtenir et pour laquelle il reste beaucoup de travail à faire. Les très bons animaux gris sont rares sur le marché, et hors de prix, donc je travaille à améliorer mes souches de gris par les croisements avec d’autres couleurs. J’ai désormais deux étalons gris à la fibre de grande qualité (Panache et Qazan), et des crias très prometteurs.
J’ai aussi désormais une très bonne base de femelles de qualité en marron moyen et foncé, et je reviens maintenant vers les couleurs claires (blanc, fauve claire et fauve moyen), a
vec la naissance depuis 2 ans d’excellents crias dans cette gamme de couleur, ainsi que l’arrivée d’excellents nouveaux reproducteurs.

 

Quid des concours
Faute de possibilité de remplacement sur la ferme, il m’est impossible de m’absenter pour les 3 journées nécessaires à la participation à un concours : ils se déroulent sur deux jours, et comme ils sont éloignés (Franche-Comté et Corrèze ces dernières années), il faut partir du vendredi matin au dimanche tard dans la nuit… Ce qui implique d’avoir une personne de confiance sur la ferme pendant ce temps.
J’ai donc été obligée de renoncer, bien à contrecoeur, à ces manifestations pourtant essentielles pour la vie d’un élevage 🙁
J’ai juste réussi à participer au fil des années à 2 concours plus proches géographiquement : Bourges en 2014 (qui en plus se déroulait sur une journée : départ à 3h du matin et retour à 2h du matin !), j’y ai amené 5 jeunes qui ont tous été primés. Et Janvry en septembre 2019 : mes 7 alpagas présentés aux juges de l’AELAS ont ramené chacun un prix, dont un Réserve Champion marron pour Niaouli.

Plusieurs de mes alpagas ont été primés avec leurs anciens propriétaires, en Grande-Bretagne et en France (mes mâles reproducteurs Maldoone, Troubadour, JJ, Cerbère, mes femelles Zola, Zincala, Giroflée…). Beaucoup sont issus de reproducteurs renommés et primés : lignées de Top Account of Fowberry, Popham Colombus, Inca Jack of Spades, Godswell Monty, Artémis du Fontenelle, Snowmass Royal Starz, Snowmass Incan King…

 

Articles récents

La tonte des crias

La tonte des alpagas de l’élevage a lieu courant mai chaque année, mais désormais je prends soin aussi, quand c’est possible, de faire une première tonte estivale à mes crias du début de saison.

C’est une pratique courante chez beaucoup d’éleveurs à l’étranger, mais encore très confidentielle en France, le manque de tondeurs expliquant sans doute cela.
Tondre soi-même donne une souplesse dans le choix de la date de tonte, afin de s’adapter à la météo et à l’âge des crias, le tout dans un minimum de stress.

Tondre un cria (à partir de 3 semaines d’âge) permet de favoriser sa croissance et son bien-être en le délestant d’une toison déjà bien longue à la naissance et vite encombrante, surtout avec un été caniculaire comme cette année.
De plus pour nous qui travaillons la laine, une toison de cria non tondu est quasiment impossible à trier correctement, l’extrémité des poils qui a baigné dans le liquide amniotique est fourchue et retient toutes les saletés, comme du velcro.

Voici la page que je viens de consacrer à ce sujet : la tonte des crias

  1. Travaux d’été Commentaires fermés sur Travaux d’été
  2. Juin en dents de scie Commentaires fermés sur Juin en dents de scie
  3. Crias 2022, c’est parti ! Commentaires fermés sur Crias 2022, c’est parti !
  4. Tonte 2022 Commentaires fermés sur Tonte 2022
  5. Premières tontes Commentaires fermés sur Premières tontes
  6. Un super stage ce week-end Commentaires fermés sur Un super stage ce week-end
  7. L’année avance… Commentaires fermés sur L’année avance…
  8. Stage exceptionnel en avril ! Commentaires fermés sur Stage exceptionnel en avril !
  9. Bonne année 2022 Commentaires fermés sur Bonne année 2022
  10. Bilan 2021 Commentaires fermés sur Bilan 2021
  11. Été indien Commentaires fermés sur Été indien
  12. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  13. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  14. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  15. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  16. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  17. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  18. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  19. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances