PRÉSENTATION DE L’ALPAGA

PRÉSENTATION de l' ALPAGA

QUI EST-IL ?

  • Il appartient à la famille des CAMÉLIDÉS, divisée en :
    • GRANDS CAMÉLIDÉS  : chameaux et dromadaires, originaires d’Afrique et d’Asie
    • PETITS CAMÉLIDÉS : lamas et alpagas (domestiqués), guanacos et vigognes (leurs cousins sauvages), originaires d’Amérique du sud (pays de la Cordillère des Andes : Chili, Pérou, Bolivie, Argentine).
  • Alpagas et lamas sont des cousins proches, avec toutefois des différences physiques et de caractère marquées :
    • La taille : l’alpaga est petit, il dépasse rarement 90cm et 70/80kg, alors que le lama peut atteindre 1m20 au garrot et 180/200kg.
    • Le dos et l’angle du bassin : le dos de l’alpaga, avec un angle de bassin très incliné, ne permet pas le port de charges, alors que le lama peut porter jusqu’à 40kg et est utilisé depuis des milliers d’années comme animal de bât.
    • Les dents : les incisives de l’alpaga poussent en continu (adaptation au milieu) et doivent parfois être limées ; le lama a une dentition définitive à 5 ans.
    • La forme des oreilles : l’alpaga a des oreilles courtes et en pointe, le lama a des oreilles longues arrondies en banane.
    • Le caractère : le lama, auxiliaire de travail, est en général plus proche de l’homme et une fois éduqué il est plus aisé à manipuler que l’alpaga : pour la tonte, le brossage, la taille des ongles, le portage ou l’attelage, il s’éduque comme un cheval.
  • Les petits camélidés ruminent, mais ils ne sont pas classés parmi les ruminants : ils n’ont que trois estomacs (ou plus exactement un estomac en 3 compartiments), et leur métabolisme est différent de celui des bovins, ovins et caprins.
  • Ils forment donc une famille à part, celle des TYLOPODES, nom qui vient de la forme particulière de leurs pieds : ils n’ont pas de sabot mais marchent sur deux doigts parallèles au sol, munis de coussinets, avec des ongles au bout, ce qui leur permet de peu abîmer les sols.
  • Les lamas et les alpagas sont des animaux domestiques, aucune autorisation n’est nécessaire pour en avoir chez soi. Par contre leurs cousins sauvages (le guanaco et la vigogne) ne se trouvent en Europe que dans les zoos.

Deux types d'alpagas : le HUACAYA et le SURI

Lalpaga HUACAYA est le plus répandu (>90% des alpagas dans le monde), et le plus connu.

Son poil pousse perpendiculairement au corps, comme celui d’un mouton.

Plus la fibre est dense, fine, ondulée (crimpée), et uniforme, plus la laine est de qualité. Une bonne couverture (laine sur tout le corps, du bout du nez aux ongles), est très recherchée.

L‘alpaga SURI a une fibre structurée en longues mèches qui poussent vers le bas.

Plus les mèches sont distinctes, fines et lustrées, plus la laine est de qualité. Le poil suri a des écailles très fermées, ce qui lui donne sa brillance, son aspect très lisse, sa résistance à l’abrasion, mais aussi sa difficulté au filage). Il n’y a pas de crimp.

Souvent les suris ne sont tondus que tous les 2 ans, afin d’obtenir des mèches d’une longueur de 20 à 30 cm.

POURQUOI ÉLÈVE-T-ON des ALPAGAS ?

  •  DANS LEUR MILIEU D’ORIGINE (Chili, Pérou, Bolivie, Argentine), lamas et alpagas sont depuis 5000 ans l’équivalent de nos animaux de ferme : ils fournissent laine, viande, cuir, crottin séché comme combustible, et le lama est un animal de bât indispensable au transport de marchandises dans les montagnes.
  • Mais le lait est peu utilisé, car la femelle ne produit que de faibles quantités, au fur et à mesure de la demande du cria : elle se tarit dès qu’elle est séparée de son petit.
  • DANS LE RESTE DU MONDE : l’élevage des petits camélidés hors des Andes a commencé en Amérique du Nord dans les années 1980, puis dans les pays du Commonwealth (Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni). Ils sont d’abord arrivés en Europe continentale dans les zoos, comme animaux ‘exotiques’, puis leur élevage comme animaux domestiques a pris de l’extension à la fin des années 1990/début des années 2000.
  • Depuis une dizaine d’années l’élevage d’alpagas se développe très rapidement en France, et ses objectifs se diversifient de plus en plus :

* Production de laine : la laine d’alpaga est très réputée, et la production d’une laine de qualité est la raison d’être première des élevages européens. Toutefois l’absence de filière laine solide et d’harmonisation dans la valorisation rend actuellement la viabilité d’un élevage tourné exclusivement vers la laine illusoire : la vente d’alpagas reste le but premier, trop d’éleveurs se « débarrassent » encore de leurs toisons à des prix ridicules, et le travail sur la qualité génétique des animaux et de leur fibre est encore trop peu pris au sérieux.

* Animal de compagnie : lamas et alpagas sont de petits compagnons agréables, propres. Il leur faut relativement peu de place, ils font peu de bruit, hormis un petit ‘hum hum’ pour communiquer entre eux, et à de rares occasions le strident cri d’alerte. Doux et inoffensifs (sauf en cas d’imprégnation), ils sont faciles à vivre, dociles et aiment se promener en longe.

Toutefois très peu de naisseurs font l’effort de castrer les mâles destinés au loisir, et beaucoup de propriétaires rencontrent des problèmes de comportement de leurs alpagas chargés de testostérone qui se battent violemment en hurlant… D’autres cherchent à faire reproduire tout ce qui ressemble à un mâle, même si l’animal est bourré de défauts et a un caractère compliqué 🙁

Stage découverte des alpagas – oct 2019

* Loisirs : éduqué à la longe, le petit camélidé accompagne les balades dans la campagne. L’alpaga ne peut porter de charge, mais le lama peut porter jusqu’à 40 kg (donc les bagages ou un enfant). Les concours d’agility avec lamas et alpagas (passage d’obstacles en main et tests d’obéissance) sont courants dans certains pays, mais rares en France.

* Médiation animale : alpagas et lamas sont de plus en plus utilisés pour la médiation animale et la thérapie dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Bien sélectionnés et éduqués, ils font merveille avec le public par leur retenue, leur présence et leur calme, sans parler du contact des mains dans leur toison.

* Écopâturage : lamas comme alpagas valorisent bien les pâtures pauvres, et avec leurs coussinet ils abîment peu les sols même argileux. Toutefois l’alpaga est présenté à trot comme un débroussailleur : il entretiendra correctement votre terrain, mais ne le nettoiera pas des ronces, orties, chardons ou autres pousses de friche. Pour cela le lama fera un meilleur travail.

Tous deux ont un énorme avantage par rapport au mouton et à la chèvre : ils entretiennent les espaces boisés sans toucher à l’écorce des arbres adultes, sauf s’ils sont carencés (attention toutefois aux jeunes arbres…).

* Garde de troupeaux : bien qu’animaux de proie, certains alpagas et lamas auront l’instinct de défendre leur groupe face à un prédateur. Cet instinct est réel et efficace face aux renards, c’est pourquoi on les utilise pour protéger des troupeaux de moutons ou de volailles contre maître goupil. Mais il ne faut pas s’illusionner : face à des chiens errants ou des loups, lamas et alpagas sont des proies faciles.

* Viande ????  Grrr, par bonheur non, on ne mange pas ces animaux en France, où ils sont considérés comme animaux de compagnie et élevés comme tels. Mais certains éleveurs sont hélas désireux d’ouvrir le marché de la viande de petit camélidé, afin de se débarrasser des animaux dont ils ne veulent plus (animaux de qualité moindre, âgés, infertiles…). C’est déjà ce qui se passe de dans les pays anglo-saxons. De gros élevages (le célèbre Snowmass en tête pour les USA) ont depuis longtemps accompagné leur sélection génétique d’une politique d’élimination impitoyable par l’abattage pour la viande des animaux ne correspondant pas (ou plus) à leurs critères. Ils n’hésitent pas à promouvoir la viande de petit camélidé sur leurs sites. L’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui exportent des alpagas par bateaux entiers vers la Chine, ont annoncé en 2019 vouloir doubler leur cheptel d’alpagas en 4 ans pour dépasser le million de têtes et présentent le débouché viande comme un pilier majeur de l’élevage d’alpagas 🙁 

Articles récents

FOIN 2024

Chaque printemps présente un triptyque d’événements essentiels à la vie de l’élevage : avec les naissances et la tonte, c’est le foin qui occupe les esprits et stresse au plus haut point.

La réussite de la fenaison conditionne une année entière d’alimentation.
Rater le foin, c’est l’obligation de trouver à en acheter ! Et c’est au minimum 16 tonnes que je dois engranger pour garantir l’autonomie de ma ferme en foin, c’est donc un budget conséquent à sortir si la récolte sur mes parcelles est trop mauvaise.
Et trouver du bon foin à acheter, avec des garanties sur la composition, l’absence de plantes toxiques, et sur la qualité de conservation, c’est loin d’être simple 🙁

Un printemps comme celui que nous vivons, avec ces pluies incessantes depuis octobre dernier, est le cauchemar des agriculteurs : tous les travaux agricoles sont retardés, et l’humidité extrême a des conséquences graves sur beaucoup de productions.

Par chance j’ai réussi à exploiter un bref créneau de quelques jours de temps sec, début juin, et à faucher deux parcelles où j’avais besoin de mettre des animaux à pâturer : c’était un challenge, et j’ai eu un vrai coup de chance. Même le matériel a joué le jeu et ne m’a pas lâchée (pourtant la barre de coupe est loin d’être en forme), la presse n’a pas loupé une seule botte, et le camion a bien voulu ne pas rester embourbé dans les sols humides et me rentrer, en 8 cargaisons, les 500 petites bottes que j’ai pu engranger juste avant la pluie.
C’était stressant et épuisant, et la partie n’est pas gagnée, car ça ne représente qu’1/3 de mes besoins en foin pour l’année, donc la suite de la récolte reste cruciale.
Et voir les herbes, très denses et hautes cette année, couchées et inondées par ces pluies intenses et les vents d’orage, c’est totalement déprimant 🙁  Je sais déjà que ma barre de coupe ne pourra pas s’attaquer au fauchage de ces prés, qu’il me faudra compter sur de l’aide extérieure.
Reste à croiser les doigts pour que la météo s’améliore fin juin/début juillet.

  1. Naissances 2024 Commentaires fermés sur Naissances 2024
  2. Tonte 2024 Commentaires fermés sur Tonte 2024
  3. Concours Brive 2024 Commentaires fermés sur Concours Brive 2024
  4. Stages du printemps Commentaires fermés sur Stages du printemps
  5. Stage SOINS – 5e édition Commentaires fermés sur Stage SOINS – 5e édition
  6. Charte éthique AFLA Commentaires fermés sur Charte éthique AFLA
  7. Au revoir 2023 Commentaires fermés sur Au revoir 2023
  8. Stages encore Commentaires fermés sur Stages encore
  9. Stage SOINS, 4e édition Commentaires fermés sur Stage SOINS, 4e édition
  10. Déjà l’automne Commentaires fermés sur Déjà l’automne
  11. Stages découverte Commentaires fermés sur Stages découverte
  12. Juillet bien chargé Commentaires fermés sur Juillet bien chargé
  13. Tri des toisons Commentaires fermés sur Tri des toisons
  14. Tonte 2023 Commentaires fermés sur Tonte 2023
  15. Concours de Brive Commentaires fermés sur Concours de Brive
  16. Education Commentaires fermés sur Education
  17. Première naissance 2023 Commentaires fermés sur Première naissance 2023
  18. Salon de Brive-la-Gaillarde Commentaires fermés sur Salon de Brive-la-Gaillarde
  19. Les départs de l’hiver Commentaires fermés sur Les départs de l’hiver