LES MÈCHES D’ALPAGA SURI

LE TRAVAIL DES MÈCHES D’ALPAGA SURI

 

Mèches d'alpaga suri

Mèches de OKEE de KerLA – suri blanc – 2017

La toison exceptionnelle des suris est un régal à manipuler, mais la sélection des mèches demande beaucoup de temps et d’attention.

J’extrais soigneusement les belles mèches, une à une, et je les trie par longueur, pour les vendre brutes ou peignées. Cette sélection soignée permet ensuite de limiter la perte au brossage à moins de 20% de la fibre.

Mèches d'alpaga suri

 

Quand le tri des mèches est terminé, j’écharpille ce qui reste de la toison pour filer en un ou deux brins.

La technique de filage du suri est un peu plus difficile à maîtriser, mais on obtient une laine d’une douceur fantastique !

Tri des mèches d'alpaga suri

Tri des mèches de ZINCALA – suri gris-rose – 2017

Les mèches suri peuvent bien entendu être filées, mais on m’en achète surtout pour confectionner des perruques de poupée ou de théâtre, créer des bijoux, des accessoires de mode (sacs, chapeaux) ou encore des mouches pour la pêche !

Mèches d'alpaga suriJ’expédie des mèches dans toute la France et parfois à l’étranger. Contactez-moi par mail ou par téléphone pour vous renseigner ou commander (page contact). Vous trouverez les détails et les tarifs sur la page de la boutique : mèches d’alpaga suri.

Je vends également via ma boutique Laines-de-kerla sur le site Etsy.com – bien que je n’aime guère cette plate-forme de vente et son mode de fonctionnement 🙁

Je peux fournir des mèches brossées, devis sur demande. Le prix est élevé car il faut compter au minimum 3h pour trier, brosser et laver 100g de mèches… et il faut ensuite sécher et finaliser le brossage avant d’expédier.

Mèches alpaga suri

Page suivante : le cardage

Retour vers le travail de la laine

<!– [if gte mso 9]>

</w:lsdexcept

Articles récents

Déjà l’automne…

Comme toujours le temps file trop vite, mon dernier post date déjà de 5 semaines et l’été s’est envolé dans la pluie et la tempête de ces derniers jours… Difficile de tenir le site à jour avec les travaux qui m’accaparent sur la ferme, je n’en vois jamais le bout !

TAZZ, le bébé de Reine, né à 10 mois 1/2 : une minuscule crevette de 4,1kg !

Les naissances sont presque terminées, je n’attends plus que Rosée qui s’offre le plaisir d’une gestation de longueur classique, alors que Tazz, le cria de Reine dont la gestation a pourtant débuté le même jour que Rosée, a fêté hier ses 15 jours ! Mais ce petit bonhomme était très prématuré et sa survie n’était pas assurée pendant les 2 premiers jours. Alors à tout prendre je préfère patienter et avoir un cria à terme et d’un poids viable, il y a déjà suffisamment de soucis potentiels autour des mise-bas. Surtout cette année !

L’automne, ce sont aussi les stages qui reprennent : stages de découverte de la laine, et stages sur les alpagas. Toujours de très bon moments 🙂 Je retrouve le plaisir de transmettre (eh oui, 25 ans d’enseignement, ça laisse des traces…), et j’ai la chance, depuis 6 années que je propose ces formations sur la ferme, de n’avoir reçu que des personnes motivées et sympas, d’avoir vécu de belles expériences et même d’avoir lié des amitiés !

Le dernier week-end de septembre, par exemple, chouette stage de deux jours sur les alpagas (découverte et approfondissement), avec 7 participants. La météo capricieuse a juste impliqué quelques changements dans l’ordre du programme pour passer entre les gouttes pour les activités en extérieur.

Je place la plupart de mes stages en début de printemps et à l’automne afin de ne pas trop empiéter sur la saison des naissances, car il est compliqué de consacrer des journées entières aux stagiaires quand les mamans et les bébés demandent une attention accrue. Étant seule sur la ferme, je ne peux être partout en même temps et je dois donc privilégier les activités d’élevage entre fin avril et mi-septembre. Raison pour laquelle aussi je ne fais quasiment plus de visites de simple découverte de la ferme, car les demandes sont concentrées sur la période où il m’est difficile d’être disponible, et c’est très chronophage.

Mais c’est parfois difficile de faire accepter ces contraintes aux personnes qui souhaitent visiter, de leur faire comprendre que je tiens un élevage et non un zoo ou un parc d’attraction pour les enfants… Il m’arrive même parfois de me faire agresser verbalement parce que je ne peux faire visiter mon élevage à la demande ! Drôle de monde quand même 🙁

 

 

 

 

  1. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  2. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  3. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  4. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  5. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  6. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  7. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  8. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  9. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  10. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  11. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  12. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  13. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  14. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  15. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  16. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  17. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  18. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas
  19. Joies et peines de juin Commentaires fermés sur Joies et peines de juin