LA TONTE

LA TONTE DES PETITS CAMÉLIDÉS

Lamas et alpagas doivent impérativement être tondus une fois par an, avant la chaleur estivale (sauf les lamas classiques et les animaux de type suri qui peuvent être tondus moins souvent).

La tonte des petits camélidés ne ressemble en rien à la tonte des moutons : leur fibre sèche est plus délicate à tondre que les fibres grasses, et il est impossible de les « asseoir » comme les moutons. Ils sont tondus debout (pour les animaux bien éduqués, surtout les lamas), ou allongés en contention.

Des tondeurs spécialisés sillonnent la France d’avril à juin pour répondre à la demande des éleveurs et des particuliers, mais apprendre à tondre soi-même est une excellente solution pour être autonome, ou pour pouvoir intervenir en cas de besoin avant ou après le passage du tondeur.

Retrouvez les outils de tonte sur cette page

  • Elevage KerLALA TONTE DES LAMAS :

Les lamas classiques ont une toison primitive faite de poil de garde et de sous-poil : un bon brossage régulier permet  d’éliminer les fibres mortes et la bourre, la tonte n’est pas indispensable.

Les lamas lainés doivent être tondus chaque année. On peut choisir de ne faire que le buste (dos, flanc, ventre) une année sur deux, pour le « look ».

La tonte a lieu debout avec des lamas bien éduqués. Soit avec de bons ciseaux, si on n’a pas de tondeuse (je l’ai fait ainsi pendant des années), soit à la tondeuse pour un résultat plus esthétique.

Vidéo ci-dessous : détails de la tonte aux ciseaux (tonte de Laska, juin 2016) :

  • LA TONTE DES ALPAGAS

Sauf exception, les alpagas sont entravés et couchés pour la tonte, car ils ont un fort influx nerveux et des mouvements  très brusques : cette contention permet de prélever la toison sans l’abîmer, mais aussi de protéger le tondeur et ses assistants, ainsi que l’animal lui-même, des risques de blessure.

L’alpaga est couché en contention sur un tapis. Tout se fait dans le calme et la douceur, pour réduire le stress au maximum.

La tonte prend entre 15 et 20 minutes. On en profite pour tailler les ongles, faire les dents, inspecter l’animal pour vérifier l’absence de tiques ou de problème dermatologique.

Je ne fais plus désormais le vermifuge ni le vaccin pendant la tonte, afin de ne pas réduire leur efficacité à cause du stress induit .

Il suffit de voir l’alpaga fraîchement tondu venir flairer le tondeur pour comprendre que l’animal ne garde pas un trop mauvais souvenir de son expérience.

La tonte d’une femelle gestante :

L’état de gestation avancée n’est pas un obstacle à la tonte, il faut simplement redoubler de douceur et prendre les plus grandes précautions dans les manipulations et lors du passage de la tondeuse sur le ventre. Toutefois, depuis que je tonds moi-même, je préfère attendre que le cria soit né pour tondre mes femelles gestantes pour mai et juin.

La tonte des crias : une pratique de plus en plus courante – voir cette page

La taille des onglons

la position couchée de l’animal facilite l’examen des ongles et leur taille soignée, avec un sécateur de bonne qualité.

Le limage des dents

Les incisives des alpagas, au nombre de 6 sur la mâchoire inférieure, poussent en permanence : il faut vérifier leur bonne usure et si nécessaire les limer.

Pour les mâles entiers, il est indispensable de limer également les crocs de combat : 4 canines (2 en haut, 2 en bas) et 2 incisives en haut. Car les blessures peuvent être graves lors des rixes entre mâles (oreilles déchirées, testicules arrachées…).

Page suivante : La gestion des saillies

Retour aux NOTIONS D’ÉLEVAGE

Articles récents

La tonte des crias

La tonte des alpagas de l’élevage a lieu courant mai chaque année, mais désormais je prends soin aussi, quand c’est possible, de faire une première tonte estivale à mes crias du début de saison.

C’est une pratique courante chez beaucoup d’éleveurs à l’étranger, mais encore très confidentielle en France, le manque de tondeurs expliquant sans doute cela.
Tondre soi-même donne une souplesse dans le choix de la date de tonte, afin de s’adapter à la météo et à l’âge des crias, le tout dans un minimum de stress.

Tondre un cria (à partir de 3 semaines d’âge) permet de favoriser sa croissance et son bien-être en le délestant d’une toison déjà bien longue à la naissance et vite encombrante, surtout avec un été caniculaire comme cette année.
De plus pour nous qui travaillons la laine, une toison de cria non tondu est quasiment impossible à trier correctement, l’extrémité des poils qui a baigné dans le liquide amniotique est fourchue et retient toutes les saletés, comme du velcro.

Voici la page que je viens de consacrer à ce sujet : la tonte des crias

  1. Travaux d’été Commentaires fermés sur Travaux d’été
  2. Juin en dents de scie Commentaires fermés sur Juin en dents de scie
  3. Crias 2022, c’est parti ! Commentaires fermés sur Crias 2022, c’est parti !
  4. Tonte 2022 Commentaires fermés sur Tonte 2022
  5. Premières tontes Commentaires fermés sur Premières tontes
  6. Un super stage ce week-end Commentaires fermés sur Un super stage ce week-end
  7. L’année avance… Commentaires fermés sur L’année avance…
  8. Stage exceptionnel en avril ! Commentaires fermés sur Stage exceptionnel en avril !
  9. Bonne année 2022 Commentaires fermés sur Bonne année 2022
  10. Bilan 2021 Commentaires fermés sur Bilan 2021
  11. Été indien Commentaires fermés sur Été indien
  12. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  13. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  14. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  15. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  16. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  17. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  18. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  19. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances