A propos de KerLA

A PROPOS de KerLA…

L’élevage KerLA  a vu le jour officiellement le 1er mai 2012 (j’élevais déjà des lamas depuis quelque temps mais pas en éleveur professionnel).

L’aventure a commencé avec un cheptel de 25 alpagas et 11 lamas… J’ai l’impression que ça remonte à si loin !

Quand je parcours des sites sur Internet, j’apprécie de découvrir certaines informations sur les motivations qui ont poussé les gens à créer leur activité, à faire tel ou tel choix décisif… Sans entrer dans le déballage de la vie privée, qui ne m’intéresse pas.

Et comme certaines questions reviennent souvent de la part des personnes qui viennent visiter ma ferme ou me parlent de mon activité, j’ai eu envie de donner quelques explications :

  1. Pourquoi élever des petits camélidés ?
  2. Pourquoi lamas ET alpagas ?
  3. Pourquoi la Mayenne ?
  4. Pourquoi le nom « KerLA » ?

1 – Pourquoi élever des petits camélidés ?

J’ai croisé la route des petits camélidés en 2004, chez des amis qui possédaient plusieurs lamas. A cette époque je préparais une reconversion professionnelle en élevage équin, pour pouvoir me consacrer enfin à temps plein à ma passion de toujours : les chevaux…. Mais cette rencontre avec les lamas m’a inoculé un virus qui, irrésistiblement, a réorienté mon projet en direction des petits camélidés. Autres perspectives, avec la satisfaction, pour la végétarienne que je suis, de savoir que les animaux que j’élève ne finiront pas dans les assiettes – du moins en l’état actuel de la législation, car hélas certains éleveurs souhaitent que la consommation de petits camélidés entre dans les moeurs en France 🙁

Deux lamas sont d’abord arrivés à la maison, puis quatre, puis six, puis dix (avec les premières naissances)… En même temps je cherchais une petite exploitation agricole pour pouvoir m’installer comme éleveur professionnel. Je ne l’ai trouvée qu’en février 2012, après plus de trois ans de prospection intensive !

Le feu vert de la SAFER obtenu, les dés étaient jetés : démission de l’Education nationale en avril 2012, après 25 années d’enseignement de l’histoire-géographie…

L’élevage KerLA est donc né officiellement le 1er mai 2012

2 – Pourquoi lamas ET alpagas ?

Cette question n’est plus d’actualité puisque j’ai abandonné fin 2018 l’élevage de lamas, à contrecoeur (voir les raisons en page mes lamas).

C’est vrai que la plupart des éleveurs font le choix dès le départ de se spécialiser soit en lamas, soit en alpagas. Mener sérieusement les deux élevages en parallèle  implique une organisation complexe sur l’exploitation : davantage de stabulations, de groupes, de mâles à isoler, de parcs à créer… L’intérêt économique est donc plus que relatif en regard des contraintes de place, de structures, de temps et de gestion, ça ne peut être qu’une affaire de passion si on veut le faire bien.

Ayant commencé par un élevage amateur de lamas, je n’imaginais pas de me séparer d’eux en devenant éleveur professionnel. Mais après quelques années j’ai été obligée, par le contexte économique et la charge de travail écrasante pour une personne seule, de réduire progressivement mon cheptel de lamas et d’en cesser l’élevage pour me consacrer aux alpagas  🙁

3 – Pourquoi la Mayenne ?

La Mayenne, c’est le fruit du hasard…

Je voulais m’installer en Bretagne, dans le Finistère, où sont mes racines, j’y avais même acheté une exploitation, un magnifique projet près de Chateaulin. Mais suite à un refus administratif absurde et révoltant, j’ai pris du recul, élargi mon secteur de recherches, et je suis « tombée » un peu par hasard sur cette exploitation disponible en Mayenne, avec 15 hectares, correspondant à mon budget…

J’avais suffisamment visité de fermes pour savoir précisément ce que je recherchais. Ici la disposition des terres et des bâtiments me convenait, le potentiel m’intéressait, et après les années de recherches infructueuses j’ai ignoré l’énormité des travaux à réaliser, tout comme le fait que je m’éloignais beaucoup de ma famille et de mes amis… Je pensais pouvoir renouer des liens localement, comme je l’avais toujours fait lors de mes déménagements par le passé… Hum, erreur, grosse erreur…

J’ai donc signé, pour le meilleur mais aussi pour le pire, car j’étais bien loin d’avoir mesuré l’importance des vices et malfaçons dans la maison, habilement cachés par l’agence immobilière véreuse en cheville avec l’entreprise de diagnostic technique pourrie (et sincèrement je pèse mes mots, ceux qui ont étudié la situation de près savent que je ne mens pas).

Prise dans les contraintes de l’installation des animaux et l’urgence absolue de certains travaux à faire, découragée par la perspective d’années de procédure (et surtout n’ayant pas une mentalité procédurière), j’ai commis l’erreur de ne pas poursuivre l’agence pour ses mensonges, ce qui m’a coûté très cher et n’a pas facilité le démarrage de mon activité 🙁

Je me suis donc attaquée à un chantier après l’autre… Il a fallu (entre autres) refaire très vite et intégralement l’installation de gaz, l’électricité, la plomberie (pourtant tous diagnostiqués « aux normes » sans aucune réserve), faire tomber en urgence les hautes cheminées branlantes, remplacer un poêle archi-dangereux (pourtant lui aussi considéré comme sans problème lors du diagnostic), consolider un mur de pignon sur le point de s’effondrer… Et j’en passe….

Avec le recul, je me demande parfois comment j’ai trouvé l’énergie de faire avancer les choses, année après année, sans aucune aide familiale (mon seul soutien moral était mon père, hélas décédé en 2014, année où j’ai failli tout abandonner) et avec un voisinage totalement indifférent qui attend juste de voir combien de temps je vais tenir… Mais heureusement une petite poignée d’amis, des vrais, m’ont permis de passer les caps difficiles ; sans eux j’aurais abandonné depuis longtemps.

Par bonheur j’adore ce que je fais, et ce mode de vie en isolement (bien avant le Covid) me correspond ! Les alpagas sont de fantastiques animaux à élever, alors malgré les difficultés et la solitude parfois pesante, je mets tout mon coeur, mes forces et mes petits moyens dans cet élevage et la transmission de mes connaissances sur les alpagas et leur laine. J’espère que cela transparaît au fil de ce blog. 

4 – Pourquoi le nom ‘KerLA’ ?

D’où viennent ce nom, KerLA, et cette orthographe bizarre mélangeant majuscules et minuscules ? 

La réponse est toute simple :

Ker (« chez », ou « le lieu de » en breton), suivi duL’ de Lama et du A d’Alpaga

donc KerLA = « chez les lamas et les alpagas »

Certains connaissent la version longue de la genèse de ce nom, un peu plus compliquée, mais ça restera un secret !

Et même si maintenant je n’élève plus de lamas, ce nom garde tout son sens, car il résume un parcours, pas question d’en changer 🙂

 

Petit clin d’oeil : une des photos retouchées par mon père, féru de breton et de culture bretonne

 

Articles récents

Été indien

Chaque année je me dis qu’à l’automne, une fois les naissances terminées, j’aurai davantage de temps pour me consacrer aux travaux d’entretien de la ferme, au travail de la laine, aux déplacements que je reporte sans cesse…

Et puis chaque année à l’automne, le temps disponible semble se réduire, à l’aune de la durée du jour…

ROSÉE et son adorable THALIE, dernier cria de l’année

Plus de naissances pour cette année, certes (la dernière a eu lieu mi-octobre, ma belle Rosée a tenu à me faire patienter avant de me laisser découvrir l’adorable petite femelle blanche qu’elle concoctait), mais une multitude de travaux tous plus urgents les uns que les autres, en particulier sur les clôtures : 10 ans, c’est la moyenne de durée vie des piquets dans dans ce sol argileux… Et comme la plus grande partie des clôtures ont été posées à l’installation, tout se trouve à refaire en même temps.

Donc depuis 2 ans, ma priorité à l’automne et au printemps est de reprendre les clôtures, parc après parc. Sans main d’oeuvre et sans gros matériel, avec juste une cloche pour enfoncer les nouveaux piquets, autant dire que c’est un travail de longue haleine et épuisant. Mais je n’ai pas le choix.

Et comme chaque automne aussi, avec les accès de mauvais temps, des problèmes ou des insuffisances se révèlent au niveau des abris et des bâtiments : courants d’air, protection insuffisante, infiltration d’eau quand il pleut fortement… Il faut y remédier au cas par cas, pour le confort des animaux… Je sais ce que seront mes travaux hivernaux cette année ! Moi qui espérais pouvoir enfin me consacrer à des améliorations à l’intérieur de la maison, ce sera encore reporté 🙁  Je viens de passer le week-end dernier à remanier les pignons de l’écurie des filles, profitant de ce qu’il n’y avait pas de stage.

Car cette automne est aussi ponctuée par un nombre inhabituel de stages de 1 ou 2 jours : rattrapage des stages reportés par le COVID en 2020 et début 2021, mais aussi forte demande, aussi bien pour les stages de découverte des alpagas que pour les stages laine. Bien sûr je ne vais pas m’en plaindre : j’adore ces week-end d’échange et de convivialité, occasion de rencontres étonnantes et passionnantes. Ces journées de stage finissent souvent bien au-delà des horaires établis, et en conséquence je dois assurer les soins aux animaux très tôt et très tard dans la journée, et j’ai aussi un gros travail de nettoyage des écuries les lundis après les stages. C’est un rythme épuisant, mais tant que physiquement et moralement je m’en sens capable, je continue.

Et pour terminer avec les animaux, puisqu’ils sont le coeur de l’activité, sa raison d’être et aussi ma raison de vivre, il me fallait cet automne décider des alpagas à proposer à la vente. Des décisions toujours très difficiles à prendre. Si je le pouvais, je ne vendrais aucun d’entre eux, je le répète souvent. Mais je suis éleveur, j’ai des charges à payer, je dois vivre de mon activité… Je ne fais naître qu’un nombre d’animaux correspondant aux besoins de mon activité, je ne cherche surtout pas à multiplier les naissances, à produire inutilement et à vendre pour vendre, et par bonheur je travaille avec une clientèle qui s’informe, prend très au sérieux la qualité de vie à apporter aux alpagas, et mes loulous sont bien partout où ils vont, c’est essentiel pour moi.

Les partants de cette fin d’année sont les jeunes mâles que j’ai fait castrer à l’automne, tous à destination loisir dans de très bonnes maisons (en Vendée et en Aveyron), et des jeunes femelles qui partent rejoindre un élevage dans l’Allier. Pour les autres, on attendra le printemps 🙂

SAXO de la Montagne, né en juillet 2019, fils d’ARTEMIS du Fontenelle : un jeune entier très prometteur

Et je n’oublie pas de présenter le petit nouveau dans l’élevage, une arrivée imprévue liée à un concours de circonstances, mais tout à fait bienvenue : le magnifique Saxo de la Montagne, mâle de 2 ans 1/2 aux origines excellentes (fils du triple suprême champion Artémis du Fontenelle), qui je l’espère pourra commencer sa carrière de reproducteur au printemps 2022 🙂

 

  1. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  2. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  3. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  4. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  5. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  6. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  7. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  8. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  9. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  10. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  11. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  12. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  13. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  14. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  15. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  16. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  17. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  18. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  19. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas