A propos de KerLA

A propos de KerLA et de ce site

L’élevage KerLA a vu le jour officiellement le 1er mai 2012.
J’élevais déjà des lamas depuis quelque temps mais pas en éleveur professionnel, puisque dans ma « vie d’avant » j’étais enseignante (25 années prof d’histoire-géo dans l’Éducation nationale !).

L’aventure de l’élevage professionnel a commencé dans cette ferme de Mayenne, avec un cheptel de 25 alpagas et 11 lamas… J’ai l’impression que ça remonte à si loin ! Un choix de vie que je ne regrette en rien malgré les difficultés
(voir la page
à propos de mon métier d’éleveur)

Quand je parcours des sites sur Internet, j’apprécie de découvrir certaines informations sur les motivations qui ont poussé les gens à créer leur activité, à faire tel ou tel choix décisif…
Et comme certaines questions reviennent souvent de la part des personnes qui viennent visiter ma ferme ou me parlent de mon activité ou de mon site, j’ai eu envie de donner quelques explications…

Pourquoi élever des alpagas ?

En fait j’ai commencé avec les lamas… J’ai croisé leur route en 2004, chez des amis qui en possédaient plusieurs.
A cette époque je préparais une reconversion professionnelle en élevage équin, pour pouvoir me consacrer enfin à temps plein à ma passion de toujours : les chevaux…. Mais cette rencontre avec les lamas m’a inoculé un virus qui, irrésistiblement, a réorienté mon projet en direction des petits camélidés. Autres perspectives, avec la satisfaction, pour la végétarienne que je suis, de savoir que les animaux que j’élève ne finiront pas dans les assiettes – du moins en l’état actuel de la législation, car hélas certains éleveurs souhaitent que la consommation de petits camélidés entre dans les moeurs en France 🙁

Deux lamas sont d’abord arrivés à la maison, puis quatre, puis six, puis dix (avec les premières naissances)… En parallèle je me suis intéressée aux alpagas, l’idée s’est installée d’élever les deux pour leur complémentarité.
En même temps je cherchais une petite exploitation agricole pour pouvoir m’installer comme éleveur professionnel. Je l’ai trouvée en février 2012, après plus de trois ans de prospection intensive, j’ai démissionné de l’Education nationale dès l’obtention de l’accord de la SAFER, et l’élevage KerLA est né officiellement le 1er mai 2012.

Et en 2018 j’ai arrêté l’élevage des lamas pour me consacrer aux alpagas.

Pourquoi la Mayenne et pourquoi cette ferme ?

La Mayenne, c’est le fruit du hasard…

Je voulais m’installer en Bretagne, dans le Finistère, où sont mes racines, j’y avais même acheté une exploitation, un magnifique projet près de Chateaulin. Mais suite à un refus administratif absurde et révoltant, j’ai pris du recul, élargi mon secteur de recherches, et je suis « tombée » un peu par hasard sur cette exploitation disponible en Mayenne, avec 15 hectares, correspondant à mon budget…

J’avais suffisamment visité de fermes pour savoir précisément ce que je recherchais. Ici la disposition des terres et des bâtiments me convenait, le potentiel m’intéressait, et après les années de recherches infructueuses j’ai ignoré l’énormité des travaux à réaliser, tout comme le fait que je m’éloignais beaucoup de ma famille et de mes amis… Je pensais pouvoir renouer des liens localement, comme je l’avais toujours fait lors de mes déménagements par le passé… Hum, erreur, grosse erreur…

J’ai donc signé, pour le meilleur mais aussi pour le pire, car j’étais bien loin d’avoir mesuré l’importance des vices et malfaçons dans la maison, habilement cachés par l’agence immobilière véreuse en cheville avec l’entreprise de diagnostic technique pourrie (et sincèrement je pèse mes mots, ceux qui ont étudié la situation de près savent que je ne mens pas).

Prise dans les contraintes de l’installation des animaux et l’urgence absolue de certains travaux à faire, découragée par la perspective d’années de procédure (et surtout n’ayant pas une mentalité procédurière), j’ai commis l’erreur de ne pas poursuivre l’agence pour ses mensonges, ce qui m’a coûté très cher et n’a pas facilité le démarrage de mon activité 🙁

Je me suis donc attaquée à un chantier après l’autre… Il a fallu (entre autres) refaire très vite et intégralement l’installation de gaz, l’électricité, la plomberie (pourtant tous diagnostiqués « aux normes » sans aucune réserve), faire tomber en urgence les hautes cheminées branlantes, remplacer un poêle archi-dangereux (pourtant lui aussi considéré comme sans problème lors du diagnostic), consolider un mur de pignon sur le point de s’effondrer… Et j’en passe….

Avec le recul, je me demande parfois comment j’ai trouvé l’énergie de faire avancer les choses, année après année, sans aucune aide familiale (mon seul soutien moral était mon père, hélas décédé en 2014, année où j’ai failli tout abandonner) et avec un voisinage totalement indifférent qui attend juste de voir combien de temps je vais tenir… Mais heureusement une petite poignée d’amis, des vrais, m’ont permis de passer les caps difficiles ; sans eux j’aurais abandonné depuis longtemps.

Par bonheur j’adore ce que je fais, et ce mode de vie en isolement (bien avant le Covid) me correspond ! Les alpagas sont de fantastiques animaux à élever, alors malgré les difficultés et la solitude parfois pesante, je mets tout mon coeur, mes forces et mes petits moyens dans cet élevage et la transmission de mes connaissances sur les alpagas et leur laine. J’espère que cela transparaît au fil de ce blog.

Pourquoi le nom ‘KerLA’ ?

D’où viennent ce nom, KerLA, et cette orthographe bizarre mélangeant majuscules et minuscules ? 

La réponse est toute simple :

  • Ker (« chez », ou « le lieu de » en breton)
  • ‘L’ de Lama (puisqu’au début j’élevais aussi des lamas)
  • ‘A’ d’Alpaga
    donc KerLA signifie : « chez les lamas et les alpagas »

Certains connaissent la version longue de la genèse de ce nom, un peu plus compliquée, mais ça restera un secret !
Et même si maintenant je n’élève plus de lamas, ce nom garde tout son sens, car il résume un parcours, pas question d’en changer 🙂

Pourquoi un site internet sous forme de blog ?

Je sais bien que ce site bavard est loin d’avoir la rigueur et la présentation « classe » d’un site professionnel commercial, mais c’est un choix que j’ai fait dès le début.
Il s’agit au départ d’un format blog, transformé en site d’élevage, et je maintiens volontairement cette dualité : des webmasters me proposent régulièrement leurs services pour corriger ces « erreurs » et en faire un « bon » site, construit et présenté comme il se doit…  Certes je ne maîtrise pas ces normes d’un site standardisé, mais… ce n’est pas ce que je souhaite !!!
Je réalise ce site moi-même depuis 2013, sans aide jusqu’en 2021, où j’ai pris des heures de conseil auprès d’un professionnel pour apprendre à gérer la mise en page avec Elementor (pour ceux qui me suivent,vous avez constaté quelques changements dans la présentation fin 2021).

Mon objectif est de présenter mon élevage, mes animaux, ma laine, mon quotidien d’éleveuse, mes motivations et surtout mon combat de défense d’un traitement correct et éthique des alpagas, animaux hélas mal connus et qui souffrent chez de nombreux propriétaires de cette méconnaissance. C’est donc un outil de travail certes, mais plus encore une sorte de journal tenu et modifié au gré de mes envies et de mes coups de gueule, dans lequel je ne m’interdis jamais de dire ce que je pense, de donner ma vision personnelle de mon domaine d’activité, d’écrire parfois de longs textes bavards… Ce n’est pas un site classique et c’est très imparfait, mais je l’assume totalement et je garde le cap 😉

De même je n’ai pas l’ambition de proposer une source exhaustive et scientifique d’informations sur les petits camélidés. Mes textes sont personnels, ils n’engagent que moi : ils sont le fruit de ma pratique quotidienne d’éleveur, de mes expériences (heureuses ou malheureuses), de mes lectures, de mes recherches sur les foisonnants sites anglo-saxons… Je témoigne des situations que j’ai rencontrées, je mets en ligne les notions qui me semblent les plus importantes concernant ces animaux pour informer au mieux… Il y a sans aucun doute des erreurs et des imprécisions au fil de ces pages. J’essaie au fil des jours de corriger les textes trop datés et d’apporter de nouvelles informations.

Merci de ne pas utiliser mes textes et mes images
sans mon autorisation écrite.

Je regrette que des éleveurs se permettent de copier certains de mes contenus,
ou de s’en inspirer très fortement pour alimenter leurs propres sites, c’est assez incorrect…
Ils se reconnaîtront.

 

Articles récents

Stage SOINS aux ALPAGAS fin octobre

La 2e édition du stage « Soins aux Alpagas » ce dernier WE d’octobre a été un succès 🙂
En attendant la prochaine édition le dernier WE d’avril 2023 (me contacter pour les inscriptions).

La formation se déroulait cette fois sur 2 jours 1/2, un atelier ostéo gratuit ayant été ajouté le vendredi après-midi pour les volontaires.

Merci à Frederik Vandenberghe, vétérinaire pratiquant l’ostéopathie, membre de la clinique voisine de Vaiges (53) dont dépend l’élevage KerLA, qui a assuré une formation théorique et pratique de grande qualité, passionnante, très appréciée des participants.
Spécificités des alpagas, alimentation, soins quotidiens, suivi sanitaire, maladies… : tout l’éventail des informations nécessaires à une bonne gestion des alpagas était présenté, et chacun selon son niveau de connaissance et d’expérience (éleveur, propriétaire, futur propriétaire) pouvait trouver son compte, améliorer sa capacité d’observation des alpagas, affiner ses connaissances et son suivi de ses animaux présents et futurs.

La pluie drue du dimanche matin n’a pas empêché la séance de travaux pratiques.

Tout d’abord, bien à l’abri, chez ces messieurs les mâles : manipulations de base (contention, licol), examen physique (évaluation de l’embonpoint, observation des muqueuses, de la dentition…), taille des onglons, conseils pour les injections et l’administration de vermifuges…

Ensuite chez ces dames, avec la démonstration de l’examen échographique de plusieurs gestantes à différents stades de gestation.Ma douce Siska, à 5 mois de gestation, nous a offert de fantastiques détails anatomiques de son futur bébé (une fille, nous a annoncé Frederik… Réponse début mai 2023 !).

Beaucoup d’humour, une ambiance sympa et détendue…
Des stages comme on les aime ! Merci à tous et à bientôt !

Et, cerise sur le gâteau, présence tout ce dimanche d’une équipe du magazine « Reportage » de TF1 pour diverses prises de vue… Chut, suspense, de cela il sera de nouveau question en temps utile  😉

 

  1. Stage alpagas fin septembre Commentaires fermés sur Stage alpagas fin septembre
  2. Le dilemme des dates de saillie Commentaires fermés sur Le dilemme des dates de saillie
  3. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  4. La tonte des crias Commentaires fermés sur La tonte des crias
  5. Travaux d’été Commentaires fermés sur Travaux d’été
  6. Juin en dents de scie Commentaires fermés sur Juin en dents de scie
  7. Crias 2022, c’est parti ! Commentaires fermés sur Crias 2022, c’est parti !
  8. Tonte 2022 Commentaires fermés sur Tonte 2022
  9. Premières tontes Commentaires fermés sur Premières tontes
  10. Un super stage ce week-end Commentaires fermés sur Un super stage ce week-end
  11. L’année avance… Commentaires fermés sur L’année avance…
  12. Stage exceptionnel en avril ! Commentaires fermés sur Stage exceptionnel en avril !
  13. Bonne année 2022 Commentaires fermés sur Bonne année 2022
  14. Bilan 2021 Commentaires fermés sur Bilan 2021
  15. Été indien Commentaires fermés sur Été indien
  16. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  17. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  18. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  19. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021