LES SAILLIES

GÉRER LES SAILLIES

La saillie est une étape essentielle de l’élevage, puisque qu’elle détermine la pérennité de l’activité.

SAILLIE PAMELA

Maldoone et Pam en action – 2013

A KerLA, les saillies ont lieu « en main », car je ne veux pas laisser de mâle dans le troupeau, même pour de courtes périodes. Il existe des risques de blessures pour les femelles et pour les crias.

Saillie - Élevage KerLA

Saillie de ADA par ZIZHOU – oct 2015

La saillie « en main » permet de choisir les mariages, connaître les dates précises de fécondation et déterminer les saisons de naissance (puisque les petits camélidés peuvent se reproduire tout au long de l’année (c’est la saillie qui induit l’ovulation, la femelle n’a pas de chaleurs).

A la période choisie, le mâle est donc conduit auprès de sa promise, dans l’écurie ou dans un paddock à l’écart du troupeau. Si la femelle n’est pas déjà fécondée, elle se couche rapidement, parfois même dès qu’elle voit le mâle. Il arrive que la femelle se fasse un peu prier, qu’elle cherche à fuir, et même que le mâle se fasse copieusement cracher dessus avant de parvenir à ses fins. Monsieur doit y mettre du sien pour convaincre sa promise, mais ça dure rarement longtemps.

Saillie lama - Élevage KerLAParfois des jeunes mâles inexpérimentés perdent tous leurs moyens face à des femelles au caractère fort (comme sur la photo ci-contre : mon jeune lama mâle Tawak se pose des questions sur la marche à suivre, face au refus de Findie de se coucher)

Quand un jeune mâle est un peu perdu, il est utile de mettre dans le parc mitoyen un mâle « qui sait » pour le motiver et lui montrer quoi faire ! Un mâle est en général fertile dès 2ans, mais ne parvient pas toujours à saillir avant ses 3 ans.

 La saillie dure entre 15 et 30 minutes en moyenne, parfois davantage ! Le mâle émet en continue un râle assez surprenant appelé « orgling », qui stimule l’ovulation chez la femelle.

Démonstration ci-dessous avec mon lama Draike, qui effectuait en octobre 2015 une de ses toutes premières saillies avec ma douce Laska. Puis une 2e vidéo avec mon étalon suri Picasso, qui est occupé avec Zola mais se fait draguer de manière insistante par French Lass !

Les crias peuvent participer sans risque à la fête. Les crias mâles cherchent très vite à imiter papa, ce qui donne des scènes parfois très cocasses :

P1110669 (Copier)      P1110688 (Copier)

Le mâle est de nouveau présenté à la femelle dans les jours qui suivent : si elle refuse après 2 ou 3 jours, c’est qu’il y a eu ovulation, mais rien ne garantit le succès encore. Au bout de 8 jours, c’est qu’il y a eu fécondation ; et au bout de 15 jours, la nidification a eu lieu, c’est donc très bon signe !

La hausse du taux de progestérone pousse la femelle à refuser très nettement les avances du mâle : tentative de fuite, coups de pied, crachats, parfois attaque frontale…

Le recours à l’échographie permet de confirmer la gestation, mais cet examen est difficile à interpréter chez les camélidés, aussi beaucoup d’éleveurs choisissent de se fier au comportement de la femelle.

Mais il faut veiller à vérifier la bonne tenue de la gestation : la perte d’embryon est très fréquente dans les 3 premiers mois (on estime que dans la nature 50% des gestations sont interrompues dans les 3 premiers mois).

Taille ongles alpaga pendant la saillieLa saillie est aussi un moment idéal pour faire certains soins (injections, taille des ongles), car mâle et femelle sont dans une véritable transe et acceptent tout sans broncher : ici soin des ongles sur Karma, la femelle, et sur Alpha, le mâle, sous le regard attentif de la petite Milly.Taille ongle alpaga pendant la saillie

Taille ongle alpaga

Page suivante : la gestion des naissances

Retour aux Notions d’élevage

Articles récents

Été indien

Chaque année je me dis qu’à l’automne, une fois les naissances terminées, j’aurai davantage de temps pour me consacrer aux travaux d’entretien de la ferme, au travail de la laine, aux déplacements que je reporte sans cesse…

Et puis chaque année à l’automne, le temps disponible semble se réduire, à l’aune de la durée du jour…

ROSÉE et son adorable THALIE, dernier cria de l’année

Plus de naissances pour cette année, certes (la dernière a eu lieu mi-octobre, ma belle Rosée a tenu à me faire patienter avant de me laisser découvrir l’adorable petite femelle blanche qu’elle concoctait), mais une multitude de travaux tous plus urgents les uns que les autres, en particulier sur les clôtures : 10 ans, c’est la moyenne de durée vie des piquets dans dans ce sol argileux… Et comme la plus grande partie des clôtures ont été posées à l’installation, tout se trouve à refaire en même temps.

Donc depuis 2 ans, ma priorité à l’automne et au printemps est de reprendre les clôtures, parc après parc. Sans main d’oeuvre et sans gros matériel, avec juste une cloche pour enfoncer les nouveaux piquets, autant dire que c’est un travail de longue haleine et épuisant. Mais je n’ai pas le choix.

Et comme chaque automne aussi, avec les accès de mauvais temps, des problèmes ou des insuffisances se révèlent au niveau des abris et des bâtiments : courants d’air, protection insuffisante, infiltration d’eau quand il pleut fortement… Il faut y remédier au cas par cas, pour le confort des animaux… Je sais ce que seront mes travaux hivernaux cette année ! Moi qui espérais pouvoir enfin me consacrer à des améliorations à l’intérieur de la maison, ce sera encore reporté 🙁  Je viens de passer le week-end dernier à remanier les pignons de l’écurie des filles, profitant de ce qu’il n’y avait pas de stage.

Car cette automne est aussi ponctuée par un nombre inhabituel de stages de 1 ou 2 jours : rattrapage des stages reportés par le COVID en 2020 et début 2021, mais aussi forte demande, aussi bien pour les stages de découverte des alpagas que pour les stages laine. Bien sûr je ne vais pas m’en plaindre : j’adore ces week-end d’échange et de convivialité, occasion de rencontres étonnantes et passionnantes. Ces journées de stage finissent souvent bien au-delà des horaires établis, et en conséquence je dois assurer les soins aux animaux très tôt et très tard dans la journée, et j’ai aussi un gros travail de nettoyage des écuries les lundis après les stages. C’est un rythme épuisant, mais tant que physiquement et moralement je m’en sens capable, je continue.

Et pour terminer avec les animaux, puisqu’ils sont le coeur de l’activité, sa raison d’être et aussi ma raison de vivre, il me fallait cet automne décider des alpagas à proposer à la vente. Des décisions toujours très difficiles à prendre. Si je le pouvais, je ne vendrais aucun d’entre eux, je le répète souvent. Mais je suis éleveur, j’ai des charges à payer, je dois vivre de mon activité… Je ne fais naître qu’un nombre d’animaux correspondant aux besoins de mon activité, je ne cherche surtout pas à multiplier les naissances, à produire inutilement et à vendre pour vendre, et par bonheur je travaille avec une clientèle qui s’informe, prend très au sérieux la qualité de vie à apporter aux alpagas, et mes loulous sont bien partout où ils vont, c’est essentiel pour moi.

Les partants de cette fin d’année sont les jeunes mâles que j’ai fait castrer à l’automne, tous à destination loisir dans de très bonnes maisons (en Vendée et en Aveyron), et des jeunes femelles qui partent rejoindre un élevage dans l’Allier. Pour les autres, on attendra le printemps 🙂

SAXO de la Montagne, né en juillet 2019, fils d’ARTEMIS du Fontenelle : un jeune entier très prometteur

Et je n’oublie pas de présenter le petit nouveau dans l’élevage, une arrivée imprévue liée à un concours de circonstances, mais tout à fait bienvenue : le magnifique Saxo de la Montagne, mâle de 2 ans 1/2 aux origines excellentes (fils du triple suprême champion Artémis du Fontenelle), qui je l’espère pourra commencer sa carrière de reproducteur au printemps 2022 🙂

 

  1. Déjà l’automne… Commentaires fermés sur Déjà l’automne…
  2. Triste jour Commentaires fermés sur Triste jour
  3. Drôle d’été 2021 Commentaires fermés sur Drôle d’été 2021
  4. Foin 2021 Commentaires fermés sur Foin 2021
  5. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  6. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  7. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  8. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  9. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  10. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  11. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  12. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  13. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  14. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  15. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  16. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  17. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  18. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  19. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas